Les techniques de lutte

Il existe aujourd’hui 2 types de mesure de lutte contre la chenille processionnaire du pin: Les techniques curatives et les techniques préventives:

Pour une lutte efficace dans le temps et respectueuse de l’environnement, il est conseillé de combiner au cours d’une même année plusieurs de ces techniques car elles visent des stades précis du développement de la chenille processionnaire du pin.

    • LES TECHNIQUES CURATIVES.

      • Le piégeage des chenilles:

Cette technique consiste à disposer autour de l’arbre infesté une gouttière qui intercepte les chenilles partant en procession de nymphose et qui les dirige vers un sac rempli de terre meuble dans lequel les chenilles tombent s’enfouissent et réalisent leur nymphose (Comme si elles étaient arrivées au sol).

Une fois que les chenilles ont été piégées dans le sac collecteur, celui-ci peut être retiré.

 

      • La lutte mécanique:

Cette technique consiste à prélever et détruire naturellement les nids de processionnaire du pin à l’aide d’un échenilloir et à les détruire pour stopper les conséquences sanitaires liées aux processions.

On interviendra à différentes périodes selon le type de collecte: De la fin de l’été à l’automne pour les pontes et de la fin de l’automne au mois de Mai pour les nids.

De plus les nids vides devront être également supprimés car ils contiennent des milliers de poils urticants qui seront autant de risques de piqures pour les hommes et les animaux.

 

    • LES TECHNIQUES PREVENTIVES:

      • Le piégeage des papillons:

        Cette technique consiste à poser des pièges à phéromone de synthèse pour attirer les papillons mâles présents sur le secteur pendant l’ensemble de la période de vol, réduisant ainsi les accouplements et le nombre de pontes potentielles.

        Ces pièges à phéromone sexuelles sont à suspendre directement sur les arbres pour capturer les papillons mâles: Attirés par la phéromone contenue dans le piège, les papillons mâles tombent dans l’entonnoir ou ils finissent par mourir de fatigue au fond du piège.

        Cette solution écologique doit être installée de manière à quadriller la surface à traiter.

 

      • La lutte biologique par la pose de nichoirs à mésanges:

        Cette technique consiste à utiliser des prédateurs naturels de la chenille processionnaire du pin qui est très respectueux de l’environnement et de la biodiversité.

        Les mésanges sont des prédateurs naturels très répandus des chenilles processionnaires du pin. Une mésange peut manger jusqu’à 40 chenilles par jours et peut faire jusqu’à 900 béquées par jour pour nourrir sa couvée.

        L’installation de nichoirs dans les zones infestées par les chenilles favorise la nidification des mésanges et via leur prédiation permet de réguler les populations des chenilles.

        Les mésanges peuvent perforer la soie des nids d’hiver et ainsi atteindre les chenilles logées à l’intérieur, laissant un orifice de quelques centimètres dans le nid.

    •